894 critiques de films

  33 critiques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2021
PIFFF 2021
Soirée Perles rares vampiriques à la Cinémathèque
Soirée Perles rares vampiriques à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

L'EXORCISME DE HANNAH GRACE

 

GENRE : Panique à la morgue

REALISATEUR : Diederik Van Rooijen

ANNEE : 2018

PAYS : USA

BUDGET : 8 000 000 $

ACTEURS PRINCIPAUX : Shay Mitchell, Kirby Johnson, Stana Katic...

 

 

RESUME : Une ex-policière déchue en désintoxication accepte un travail dans la morgue de l'hôpital où elle se soigne. Un jour, un corps sévèrement mutilé lui est confié. La jeune femme assiste alors à une série de meurtres avant affronter une entité démoniaque.

 

MON HUMBLE AVIS

L’exorcisme de Hannah Grace fait partie de ces drôles d’objets cinématographiques assez indéfinissables qui errent sur les rayons des producteurs sans trouver un terrain d’atterrissage bien défini. Non pas que le long-métrage du néerlandais Diederik Van Rooijen soit mauvais, malgré l’opprobre versé à son égard dans pas mal de critiques, mais son scénario et sa mise en image envoient directement le bouzin dans une dimension parallèle. A la fois film d’exorcisme, de fantômes voire de slasher, L’Exorcisme de Hannah Grace traînerait presque ses guêtres sur les rivages étoilés d’une station-spatiale pour un résultat hybride à l’image de son histoire très particulière.

Et pourtant, après une entame horrifique à souhait avec un exorcisme sanglant, le métrage bascule dans le film d’hôpital hanté au moment où Megan (la jolie Shay Mitchell, vue dans la série Pretty Little Liars) intègre la morgue de l’hosto où elle a ses habitudes, pas en tant qu’infirmière mais comme patiente. Ce lieu austère est le terrain de sa reconstruction après le choc de la perte de son coéquipier lors d’une interpellation policière. La belle fliquette n’est donc pas si claire et choisit un boulot de nuit que même payé 10 000 € par mois je n’y mettrai pas la pointe d’un orteil. Bref, Megan se met au boulot, fais des photos de cadavres, prend les empreintes et passe le reste du temps à attendre un arrivage dans les couloirs glacés et mal éclairés de la morgue.

Evidemment, la possédée de la première séquence, la susnommée Hannah Grace, débarque emballée dans son étui comme une viande froide sous cellophane. Le début des problèmes pour Megan et l’ensemble du personnel car ce cadavre semble avoir bien envie de se faire la malle. Sur cette base plutôt originale qui rappelle fortement l’excellent The Jane Doe Identity (André Øvredal, 2016), Van Rooijen accouche d’une œuvre métissée entre passages de trouille classiques à base de jumpscares (forcément dans cet espace clos, le moindre bruit paraît suspect) et moments plus intimes où le trauma de Megan ressurgit au milieu de son addiction aux médicaments malgré l’aide de son amie infirmière (Stana Katic, la série Absentia). Le scénario prend ainsi le temps de s’attarder sur ce personnage ambigu naviguant aux frontières de la folie qui n’aura de cesse de se racheter au fil des épreuves.

Baigné d’une atmosphère surréaliste (la morgue ressemble à l’intérieur d’un vaisseau spatial) et doté d’une très belle photographie, L’Exorcisme de Hannah Grace (titre francisé de The Possession of Hannah Grace sans doute pour le raccrocher à L’Exorcisme d’Emily Rose de Scott Derrickson) s’avère relativement agréable si on met de côté les poncifs dévolus au genre (la porte du frigo qui s’ouvre, les ombres dans les couloirs) rehaussé par quelques séquences sanglantes. Comme un gros gâteau fait de plusieurs couches, l’amoncellement de divers genres n’est pas forcément toujours digeste, les séquences s’enchaînent un peu trop mécaniquement et sans réelle émotion. La chantilly a du mal à monter, malgré cet agrégat d’ingrédients. Au final, cette imperfection ambiante et ce scénario un peu foutraque (certaines scènes sont éculées) ne sont pas si déplaisantes et pourraient rappeler certaines productions d’horreur de la fin du XXème siècle. Intriguant.

 

3,5/6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    alice in oliver (jeudi, 18 juin 2020 23:20)

    pareil, une petite série b agréable, très influencée par jane doe, en effet

  • #2

    Roggy (vendredi, 19 juin 2020 08:27)

    Le résultat est très surprenant à bien des égards mais l'ensemble tient la route à mon sens.

  • #3

    titi70 (jeudi, 16 juillet 2020 17:30)

    Très, voir trop, pompé sur Jane Doe, en effet. Franchement j'ai quand même trouvé cet Hannah Grace moyen et assez oubliable.

  • #4

    Roggy (vendredi, 17 juillet 2020 10:22)

    Le résultat n'est certes pas à la hauteur de nos attentes, mais le film possède quelques passages intéressants. Pareil pour certains personnes et cette ambiance au final très particulière.