894 critiques de films

  33 critiques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2021
PIFFF 2021
Soirée Perles rares vampiriques à la Cinémathèque
Soirée Perles rares vampiriques à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

YOUNG ONES


GENRE : Quand t’es dans le désert...

REALISATEUR : Jack Paltrow

ANNEE : 2014

PAYS : UK/Afrique-du-Sud/Irlande

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Michael Shannon, Nicholas Hoult, Elle Fanning...


RESUME : Dans un futur proche, l'eau est devenue rare, suscitant convoitise et violence. Dans ce climat hostile, Ernest Holm veille sur sa ferme, son fils Jerome et sa fille Mary, et nourrit l'espoir de rendre ses terres à nouveau fertiles. Tout comme Flem Lever, qui fréquente Mary en secret et n'a qu'une idée en tête : s’emparer des terres d'Ernest quel qu’en soit le prix.


MON HUMBLE AVIS

Young ones est un film étrange comme sorti de nulle part et passé presque inaperçu au milieu des DTV zombiesques, des requins volants et des super-héros botoxés aux millions de dollars. Pourtant, le film de Jack Paltrow (accessoirement le frère de Gwyneth) mérite vraiment qu’on s’y attarde quelque peu, ne serait-ce pour son histoire très originale et son casting de qualité.

Construit en trois chapitres différents, chacun permettant de mettre en avant un personnage en particulier (on retrouve ce même principe dans The place beyond the pines avec Ryan Gosling), Young ones est une sorte de western futuriste qui aurait conservé une esthétique de l’Amérique de la conquête de l’Ouest. Il faut dire que dans ce lieu désertique, l’eau est une denrée précieuse, constituant une source de conflits comme en témoigne la première scène. Une introduction en forme de duel autour du personnage de Ernest Holm interprété par le toujours plus charismatique Michael Shannon (Take Shelter, Man of steel) démontrant au passage qu’il est l’acteur à suivre de ces prochaines années.

L’originalité du métrage, et donc sa force, est qu’il parvient à faire cohabiter naturellement plusieurs genres au même niveau sans anachronisme ou fausse note. On a l’impression d’être dans un monde post-apocalyptique (Michael Shannon se déplace avec un âne pour transporter les provisions qu’il vend aux mineurs, la vaisselle est faite avec du sable) mais en même temps des technologies de pointe sont à disposition, à l’image de ces robots transporteurs automatisés semblable à des animaux de somme et tout droit sorti de L’Empire contre-attaque. En fait, le contexte futuriste n’est que la trame de fond d’une histoire beaucoup simple où l’humain est au centre de la dramaturgie. A l’image de la première apparition émouvante de la mère, handicapée et vivant dans un hôpital. Reliée à un appareillage constitué de tuyaux et de câbles, elle se déplace sur des rails telle une marionnette désarticulée comme dans un "cyber-manga".

Le métrage est aussi rehaussé par la performance des acteurs, à l’instar du personnage ambigu de Flem Lever, Nicholas Hoult (Mad Max : Fury road) en homme ambitieux et prêt à tout pour arriver à ses fins, comme séduire Mary, la fille d’Ernest (la troublante Elle Fanning) surveillé par son frère Jerome (excellent Kodi Smit-McPhee). Des personnages hétéroclites tentant de survivre, perdus au milieu dans ces zones incultes remarquablement filmées, où l’immensité des lieux se confond avec ses habitants. Une cour des miracles capable de vendre un enfant pour de l’eau tandis que des bandes à l'allure mad-maxiennes semblent errer sans but. Young ones est donc un film multiple traitant de la transmission de la terre, mais constitue aussi une réflexion sur la filiation. Ernest a le désir de s’amender aux yeux de son fils, alors que Flem combat son père pour son héritage et cherche même à le spolier. En extrapolant, on pourrait même imaginer que c’est aussi une charge politique et sociale, entre la ville, riche et bien hydratée, et les campagnes abandonnées à leur sort et sans eau (un peu le propos d’Elysium mais en moins lourdingue).

Si le dispositif narratif peut sembler aride et hermétique, Young ones est au final un drame intimiste où les hommes et les femmes se déchirent par amour et pour la richesse suprême, l’eau. La grande réussite du film est de nous faire oublier ce contexte hybride, à la fois futuriste et archaïque, pour nous intéresser à son histoire simple et universelle, grâce à un scénario malin proposant des changements de tons, faisant rebondir l’histoire et plusieurs niveaux de lecture.


NOTE : 4 / 6

Écrire commentaire

Commentaires: 6
  • #1

    Rigs Mordo (mardi, 04 août 2015 10:34)

    Je ne suis pas sûr que ce soit spécialement fait pour moi mais le casting semble chouette, j'aime bien Hoult donc...

  • #2

    Roggy (mardi, 04 août 2015 11:56)

    Malgré son rythme relativement lent, le film pourrait te plaire. En plus de Nicholas Hoult, il y a Michael Shannon qui illumine "Young ones" de sa présence.

  • #3

    Dirty Max (vendredi, 07 août 2015 07:29)

    Il m'a l'air très intéressant ce film, en tout cas tu en causes très bien. Et si en plus, y a le génial Shannon dedans, il ne faut pas se priver !

  • #4

    Roggy (vendredi, 07 août 2015 14:28)

    Merci Max pour ton commentaire. Je pense vraiment que le film pourrait te plaire, d'autant plus qu'il y a Michael Shannon :)

  • #5

    2flicsamiami (dimanche, 09 août 2015 11:19)

    Ce film m'avait tapé dans l'oeil à l'époque de sa sortie dans les bacs, sans pour autant franchir le pas de l'achat. Ta chronique confirme en tout vas mes premières impressions, à savoir un film étrange, un thriller intime portant une vision intéressante du futur.
    En revanche, je constate que tu continues toujours de faire l'erreur de parler d'Elyseum à la place d'Elysium ;)

  • #6

    Roggy (dimanche, 09 août 2015 14:46)

    Je pense que le film pourrait te plaire effectivement. Et, merci pour me signaler cette erreur récurrente :)