894 critiques de films

  33 critiques de série

Ma pin-up du mois

L'as de pique
L'as de pique
PIFFF 2021
PIFFF 2021
Soirée Perles rares vampiriques à la Cinémathèque
Soirée Perles rares vampiriques à la Cinémathèque

Ma Blogothèque cinéphilique

Suivre le site
Suivre le site

 

 

GHOST STORIES

 

GENRE : Histoire de fantômes anglois

REALISATEUR : Andy Niman et Jeremy Dyson

ANNEE : 2018

PAYS : UK

BUDGET : ?

ACTEURS PRINCIPAUX : Andy Niman, Martin Freeman, Paul Whitehouse...

 

 

RESUME : Un professeur de psychologie est confronté à son esprit rationnel lorsqu’il reçoit une lettre semblant provenir de l'au-delà.

 

MON HUMBLE AVIS

Ghost stories est l’adaptation d’une pièce de théâtre écrite par Andy Niman et Jeremy Dyson. De joyeux hurluberlus peu connus chez nous mais ayant déjà à leur actif quelques séries comme The League of Gentlemen. Niman est mis en avant en tant qu’acteur, prestidigitateur et collaborateur du réalisateur Christopher Smith (Severance et Black death). Si le film débute comme un faux documentaire avec le Professeur Philip Goodman (Andy Niman) cherchant à démonter la supercherie d’un faux medium sur la scène où il officie, Ghost stories vire de cap après qu’un homme étrange, ancienne gloire de la télévision, lui confie une mission ; élucider trois affaires singulières qui prouveraient l’existence du surnaturel.

Le spectateur aguerri aux joutes de l’ésotérisme et autres étrangetés aura la prétention de croire se balader en terrain conquis et balisé. D’autant plus que cette première partie égrène les histoires sans fioritures et de manière assez classique à base de flashbacks. Après une introduction très bavarde (résidus du côté théâtral), un gardien de nuit (Paul Whitehouse, La mort de Staline) est confronté à un fantôme dans un ancien hôpital désaffecté, un adolescent en voiture (Alex Lawther, Imitation game) renverse une espèce de diablotin dans la forêt en pleine nuit et un futur papa (Martin Freeman, Le hobbit) voit sa maison envahie par une entité jouant les poltergeist. Bref, rien de bien nouveau sous la brume anglaise, si ce n’est que ces petits segments sont plutôt bien menés et font régulièrement dresser les poils sans abuser de jumpscares intempestifs. Vraiment pas si mal.

Ghost stories aurait pu alors rejoindre la cohorte des longs-métrages lambda, certes bien fagotés, mais vite rangés dans le rayon « Vu ». Or, ce vrai-faux film à sketches prend une autre tournure au détour du troisième segment pour s’immerger lentement dans un fantastique à tiroirs où tous les indices disséminés çà-et-là se concrétisent et capitalisent sur le personnage du Pr Goodman. A la manière de certaines séries anglaises comme Utopia, le film investit alors les champs de la paranoïa et du mystère grâce à des effets spéciaux simples mais efficaces, bousculant le spectateur dans ses certitudes lors d’une dernière bobine différente dans le ton et presque non-sensique. On pourra reprocher un climax un peu trop facile et explicatif, mais force est de constater que l’originalité du scénario inonde un récit qui ne demandait qu’à franchir la barrière de la réalité.

Reste une ambiance horrifique proche par instants des ghosts movies des années 70 et se réclamant du cinéma de Sam Raimi. Entre humour noir et situations grotesques, Ghost stories fait preuve de roublardise et initie une ultime intrigue où notre conteur du début est pris dans la nasse de ses propres turpitudes. Le script prend ses aises dans cette longue descente aux enfers, se love dans les tourments d’une enfance meurtrie par des camarades de classe tortionnaires et un événement tragique. Au final, le long-métrage d’Andy Niman et Jeremy Dyson (également scénaristes) tient plutôt bien son manche malgré quelques scories. Pêché véniel au regard des productions horrifiques actuelles sans âme, alignées en rang d’oignon pour faire peur au chaland, mais surtout pour engranger les dollars. Le ciné quoi...

 

4/6

 

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Rigs (jeudi, 16 janvier 2020 20:13)

    Je prends bonne note, d'autant que j'ai une certaine sympathie pour Nyman, fan du genre qui ne fait pas semblant. Belle chro en tout cas !

  • #2

    Roggy (jeudi, 16 janvier 2020 20:32)

    Le film est très particulier sur la fin mais demeure une bonne proposition de films à sketchs.

  • #3

    titi70 (vendredi, 17 janvier 2020 17:02)

    Vu il y a un bon moment et j'ai le souvenir d'un film assez longuet, mal joué et pas franchement original. Bref, dans le genre film à sketchs, j'ai vu largement mieux.

  • #4

    Roggy (samedi, 18 janvier 2020 09:03)

    Pour ma part, j'ai aimé l'originalité et l'ambiance du long-métrage :).